3.12.04

La Turquie dans l'Europe : les soutiens se multiplient...

Les Présidents Français et Allemands ont réaffirmé leur positions vis à vis de l'adhésion de la Turquie à l'Europe, deux positions déterminantes compte tenu de l'influence des deux pays au sein de l'Union Européenne :
"Ce que nous voulons, c'est l'adhésion de la Turquie», a-t-il insisté. Gerhard Schröder a reconnu que les négociations avec Ankara pourraient durer longtemps et que le résultat était «ouvert». «On ne peut pas préjuger de l'issue» mais «l'objectif c'est l'adhésion et rien d'autre», a-t-il dit. «Cela dit, si les négociations ne devaient pas aboutir, il faut que nous ayons une solution et la commission a fait des propositions qui vont dans le bon sens.» Jacques Chirac, qui s'est dit «tout à fait en phase» avec la position du chancelier Schröder, a souligné de son côté que «l'Allemagne et la France partagent un même objectif, c'est-à-dire faire entrer la Turquie dans l'Union européenne car c'est l'intérêt de tous et de chacun que d'avoir une Europe forte, solide et assurée de ses frontières."
Libération

Referencement gratuit