16.12.04

La Turquie promet une «attitude positive» sur Chypre

La Turquie «pourra avoir une attitude positive» sur la reconnaissance de la République de Chypre après le 17 décembre, a déclaré aujourd'hui le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan sur TV5.

«Si on insiste sur ce point jusqu'au 17 décembre ce n'est pas admissible, mais après le 17 décembre nous pourrons avoir une attitude positive», a déclaré M. Erdogan en référence à la conclusion du Cosneil européen qui doit se prononcer sur l'ouverture des négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne.

Interrogé à Bruxelles pour savoir si Ankara ne reconnaîtrait jamais la République de Chypre, M. Erdogan a répondu: «Non, je n'ai jamais dit une chose pareille». «Nous ne sommes pas là pour nous faire des ennemis, nous sommes là pour gagner des amis», a-t-il ajouté.

Le Haut représentant pour la politique étrangère de l'Union européenne, Javier Solana, a appelé jeudi la Turquie à reconnaître la République de Chypre, avertissant qu'il serait «difficile» dans le cas contraire pour Ankara de rejoindre l'UE.

Les Européens réclament la reconnaissance par Ankara de la République de Chypre, côté grec, née de la partition de l'île en 1974 et qui seule a adhéré à l'UE.

Nicosie a longtemps brandi la menace d'un veto à l'ouverture des négociations d'adhésion de la Turquie si ce pays ne la reconnaissait pas. Mais elle est apparue un peu plus souple à l'approche du sommet.

Ces derniers jours, les responsables chypriotes-grecs ont affirmé vouloir au moins de la Turquie qu'elle se dise disposée à normaliser les relations en échange du feu vert de Chypre pour un lancement des négociations d'adhésion.
Le Figaro

1 Comments:

At 31 août 2005 à 23:30, Anonymous Anonyme said...

Turquie-Terrorisme kurde : 1500 militants du PKK en zone grecque de Chypre / 28 août 2005

(Tête de Turc, 28.08.05) - Dans son édition du 27 août, le quotidien turc Hürriyet rapporte une information publiée par le journal chypriote grec Fileleftheros, selon laquelle près de 1500 militants du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK, séparatiste) ont trouvé refuge en zone grecque de Chypre où ils auraient demandé l’asile politique.

D’après Fileleftheros, qui affirme s’appuyer sur un rapport des services secrets chypriotes grecs, le PKK aurait mis en place un réseau grâce auquel des centaines de militants seraient passés clandestinement dans la partie grecque de Chypre.

Le PKK bénéficie depuis plusieurs années d’une relative aisance en zone chypriote grecque. Ainsi, le chef du PKK, Abdullah Öcalan, a été arrêté au Kenya en 1999 par les forces spéciales turques en possession d’un vrai passeport chypriote grec.

Le PKK est considéré comme une organisation terroriste par l’Union Européenne, les Etats-Unis et la Turquie.
http://www.tetedeturc.com/home/article.php3?id_article=4408

Alors que le PKK est considéré comme une organisation terroriste par l’Union Européenne, les Etats-Unis et la Turquie.

Vous demandez–vous pourquoi de Villepin et Chirac ‘invité la Turquie à clarifier sa position sur la reconnaissance de Chypre avant l'ouverture des négociations en vue de son adhésion à l'Union européenne.
Les 1500 militants du PKK ne seront pas des terroristes, mais des demandeurs d’asile politique en zone grecque de Chypre, que La France protecteur des terroristes kurdes exige à la Turquie de reconnaître l’Etat chypriote-grec au Sud qui fait déjà partie des 25 de l’Union Europénne.
Depuis 1974, Chypre est divisée en deux, un Etat chypriote-grec au Sud et un autre chypriote-turc au Nord mais seul le premier est reconnu par la communauté internationale.

Maintenant qu’il faut demander à la France, à l’Etat chypriote-grec et à l’Union Européen quel genre de guerre font face au terrorisme, s’ils n’en sont pas des nourriciers !

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

Referencement gratuit