6.12.04

Les Turcs ne comprennent pas les peurs de l'Europe

Libération a publié ce weekend un long entretien avec l ‘écrivain Yachar Kemal dans lequel il exprime son étonnement vis-à-vis des polémiques franco-françaises sur l’adhésion de la Turquie, alors que la France est « historiquement, politiquement, et culturellement le pays européen le plus proche de la Turquie ».

En rejetant la Turquie, l’Europe ne ferait en effet que s’affaiblir elle-même, en se privant d’un allié fidèle, de perspectives économiques florissantes, et d’une tête de pont de la démocratie vers les pays voisins du Moyen-Orient. Kemal a raison : un rejet de l’adhésion conduirait à affaiblir tout autant la Turquie que l’Europe. Si nous poursuivons les discussions pendant les 10 à venir, « nous nous développerons ensemble et l’un par l’autre ».
Libération

1 Comments:

At 7 décembre 2004 à 08:13, Blogger coldipeccio said...

La France est peut-être le pays le plus proche de la Turquie, notamment par son histoire. Mais il ne faut pas oublier les raisons de cette amitié : Louis XIV s'est entendu avec le Grand Turc dans une alliance de revers contre l'Autriche... On ne peut éternellement se renvoyer des arguments historiques pour défendre une thèse, quelle qu'elle soit ! La polémique sur l'adhésion de la Turquie tient plus de la position des partis démocrate-chrétiens, tant en France qu'en Allemagne, et aux problèmes de définition politique de l'Europe. Tant que l'on refusera de donner à l'Union une réalité tangible, la question des pays à la marge, comme la Turquie et l'Ukraine aujourd'hui, le Maghreb et Israël demain..., suscitera des interrogations. Enfin, l'intégration à tout va compence dans l'Union l'ambition de se doter de structures stables.

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

Referencement gratuit