21.1.05

François Reynaert : Mon Turc en plumes

Chronique de François Reynaert dans le Nouvel Observateur, consacrée au dernier livre de Philippe de Villiers : "les Turqueries du grand mamamouchi"

"Nul n’en disconvient, la démocratie suppose la nécessité des débats. Mesure-t-on les souffrances humaines qu’ils peuvent susciter? J’y pensais cette semaine en suivant d’une paupière lasse les cavalcades de M. Villiers sur son nouveau dada, la lutte contre la candidature turque à l’Union européenne et son célèbre cheval de Troie, Chirac. Franchement, cela fait peur. Je ne parle pas de la thèse elle-même, elle est vite vue. On la trouvera résumée dans un livre que le Vendéen vient de sortir. Il s’appelle «les Turqueries du grand mamamouchi». Pour que tout le monde en saisisse la désopilante finesse, on voit sur la couverture M. Chirac vêtu d’un cafetan et couvert d’un turban. Probablement l’auteur, qui est un comique, aurait adoré ajouter Bernadette voilée mais s’est retenu: une Bernadette en voile aurait déconcerté le lectorat, les gens auraient pensé qu’on se moquait de la petite paysanne de Lourdes.

Je ne vous dirai pas que j’ai lu l’ouvrage jusqu’au bout, il est un peu répétitif. Si vous voulez, pour comprendre en gros ce qu’est la Turquie vue par M. Villiers, il faut essayer de vous souvenir de ce qu’il disait de l’horreur de la France au temps de la barbarie socialo-communiste : insécurité, viol, pillage, 35 heures, tout ça. Eh bien Istanbul, c’est pareil en pire. En pire ottoman, on l’aura compris.
Le fond du raisonnement tient sur un indémodable de la pensée de la droite réactionnaire, le fixisme historique. L’Europe a de toute éternité été chrétienne et de toute éternité a lutté contre l’ignoble Ottoman, franchement, pourquoi est-ce que ça ne continuerait pas? Vous voyez le principe. Lutter contre la Turquie pour M. Villiers, c’est comme porter un pantalon de velours avec des petits plis devant pour se rendre à dîner chez bonne-maman, c’est un truc qu’on fait pour une seule raison: on a toujours fait comme ça.
L’idée qu’on puisse inventer une autre histoire que cette rivalité d’empires, comme il y eut une autre histoire avant, ne l’effleure pas, vous pensez bien que si l’Europe avait existé avant les croisades, Godefroy de Vendée en eût été le premier prévenu..."
La suite de l'article sur le Nouvel Observateur

3 Comments:

At 11 avril 2006 07:42, Anonymous sycamore said...

Nice and Impressive blog.

 
At 23 mai 2007 22:23, Blogger murat said...

Turcs,fiers de l'etre,ne veulent plus etre membre d'un union ou un pays qui,tout en se declarant liberale et democrat, et, tout en nous parlant des droits de l'homme, interdit le droit d'expression a ses propre citoyens a propos des Turcs et des Armeniens,en est le membre.

 
At 14 mai 2008 01:37, Anonymous Anonyme said...

dite ce que vous voulez mais sachez que tot ou tard la Turquie va y entrer dans cette union .
les raisons que la France ne veut pas que la turquie entre se sont tous des raisons inutiles car la france a peur que la Turquie soit au premier plan en europe

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

Referencement gratuit